Localisation Wimereux

Prévoir 37h

Points d'intérêts 5

Le biographe Jean Lacouture évoque « un homme de gros temps, celui qu’il a connu sur la plage de Wimereux quand son père Henri de Gaulle, pour y retrouver ses enfants, devait tenir à deux mains son gibus. Un homme des tempêtes qui aura constamment recours, écrivain, aux métaphores maritimes… »

Sur les pas du Général de Gaulle

sur la Côte d’Opale

L’on va d’abord à Malo où l’on se retrouve dans cette petite maison flamande de Rosendaël, appelée Moederhof. Puis Henri de Gaulle loue vers les six ans de Charles de Gaulle la villa Les Tilleuls à Wimille. Les journées sont bien remplies : plage le matin, devoir de vacances
en début d’après-midi, et le goûter dans une ferme aux alentours « où l’on dégustait un fromage du pays et un peu de pain frais ».
Mais c’est surtout à Wimereux que les souvenirs sont les plus nombreux. La famille de Gaulle se rend alors à la villa Saint-Patrick, rue Saint-Maurice construite vers 1900 par Jules et Lucie Maillot, la marraine de Charles.

La maison compte six pièces, deux étages, des écuries, un jardin potager et un jardin d’agrément, lieu de toutes les batailles imaginaires du jeune Charles de Gaulle qui y passe les vacances d’été avec ses cousins Corbie. Sa chambre est dans une mansarde avec une vue imprenable sur la plage de la Digue, mais aussi sur la colonne Napoléon devant laquelle il rêve de grandeurs impériales et de victoires militaires. Le nom même de la villa comme les volets verts qu’elle arbore fièrement ne sont pas sans évoquer les racines irlandaises de la famille Maillot, racines qu’ira rechercher le général de Gaulle lors de son célèbre voyage en Irlande en 1969. Alors qu’il vient de quitter le pouvoir, le Général marche sur la terre des Mac Cartan, lointains ancêtres de Julia, sa grand-mère de Lille. On se croirait sur une immense plage de la Côte d’Opale… Là où de Gaulle, homme d’action et de réflexion, pouvait, à l’infini, développer sa pensée. Car le général
de Gaulle aime la mer, ses humeurs et les paysages infinis de la Côte d’Opale. Son style est plein de ces métaphores maritimes qu’il a apprivoisées lors de longues marches vers le Cap Gris-Nez et le Cap Blanc-Nez. De ces hauteurs on aperçoit l’Angleterre, on peut presque la toucher, y débarquer, aimable clin d’oeil de l’histoire à l’homme de l’appel du 18 juin.

Sa femme Yvonne, originaire de Calais, passe également ses vacances à Wimereux. Voici ce qu’elle écrit à son frère alors qu’elle est tombée sous le charme de celui qui deviendra son époux : « Figure-toi qu’il a passé plusieurs fois ses vacances à Wimereux […] et coïncidence curieuse – le monde est vraiment petit – il allait souvent jouer au château de Fouquetone où il rencontrait nos amis intimes de la famille Legrand. »
Après son mariage, Charles de Gaulle va deux ans de suite passer ses vacances à Wissant, à la villa Antoinette d’abord, puis à la villa Wissantaise ensuite. Les Vendroux louent une villa non loin ce qui contribuera à rapprocher le général de Gaulle et son beau-frère Jacques Vendroux. C’est là qu’inspiré
par le paysage, il écrivit une grande partie de son premier ouvrage : Le fil de l’Épée. « J’ai toujours aimé l’immensité de la mer… confie-t-il, Il me semble que ma pensée se développe mieux quand mon horizon n’est pas bouché ! ». Jusqu’à la fin de sa vie, lors de chacun des séjours familiaux à Calais, Charles de Gaulle ira marcher sur les plages entre Sangatte et le Cap Blanc-Nez, entre Wissant et le Cap Gris-Nez.

J’ai toujours aimé l’immensité de la mer… Il me semble que ma pensée se développe mieux quand mon horizon n’est pas bouché !

Contactez l'Office de Tourisme

Vous avez aimé ce circuit

Partagez le sur les réseaux sociaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter